Lundi 6 octobre 1 06 /10 /Oct 05:36


« Au Bloc, tu es de la merde si tu n'as pas d'antécédents syndicalistes, si tu n'es pas de la gauche marxiste-léniniste des années 1960 ou si tu as des croyances religieuses. Il y en a d'autres avant moi qui ont été évincés parce qu'ils n'étaient pas de la gogauche. La lutte d'un peuple pour son émancipation est devenue une véritable lutte de classes, surtout depuis l'arrivée de Duceppe. Au Bloc, ce n'est pas compliqué, on prône l'ethnicité zéro et la religion zéro. À la naissance de mon fils, qui a aujourd'hui sept ans, on a d'ailleurs ri de moi parce que je le faisais baptiser. »

-- Ghislain Lebel, député bloquiste de 1993 à 2002 dans le comté de Chambly-Borduas

« Je l’ai dit il y a longtemps que le Bloc est inutile [...] Vous savez l’enfer qu’on a vécus, ceux qui n’étaient pas de l’extrême-gauche ou du milieu syndical dans ce parti. Je regarde cela et je trouve ca épouvantable. Le Bloc québécois est devenu le bras politique de la CSN. »

-- Encore monsieur Lebel, en convalescence de son mal de bloc

Après avoir quitté le Bloc le 15 août 2002, Ghislain Lebel a aussi déclaré à propos des leaders du mouvement souverainiste qui ont abandonnés la politique nationaliste traditionnelle :

« Ils ont fait table rase sur notre histoire. Pour aller chercher les communautés culturelles, c'est ethnicité zéro, c'est religion zéro. Ils font fausse route en affaiblissant notre identité. »

Lebel en veut aussi au Parti « québécois ». En 2007, au cours de l'élection générale, Lebel appui l'ADQ et vote pour Mario Dumont à cause de ses propos sur les accomodements déraisonnables et l'identité francophone, bien qu'il juge ces derniers timides. Il souhaite également donner une brutale leçon au PQ, qui a selon lui évacué l'aspect nationaliste et identitaire du projet indépendantiste pour ne se limiter qu'à une lutte purement administrative et bureaucratique. Il a également décidé de ne plus renouveler sa carte de membre du PQ.

Le 3 avril 2008, on apprend qu'il a décidé d'adhérer au Parti Indépendantiste d'Éric Tremblay. Ghislain Lebel explique son choix d'une manière assez directe :

« Dans le BQ et le PQ, les Canadiens-Français d'autrefois sont traités comme des sous-produits de l'humanité. »



Une autre dose d'intolérance antichrétienne de la part du Bloc « québécois »...

« J'ai pas de secret, je suis transparente, je suis honnête. Si par hasard, j'ai fait un péché d'omission, je vous demande votre absolution. »

--
Carole Lavallée, députée-candidate bloquiste pour Saint-Bruno-Saint-Hubert, ridiculisant les catholiques du haut de son ton moqueur

Mais est-ce vraiment surprenant de la part d'une formation politique dirigée par un ex-communiste convaincu ? Gilles Duceppe n'a visiblement pas renié son passé maoïste et antireligieux. Et le comble c'est qu'il se targue d'être le représentant de la nation québécoise !



MISE-À-JOUR D'APRÈS SCRUTIN :

Eh bien, le bloc se félicite toujours de foutre la marde (euh, pardon, de mettre des bâtons dans les roues de ceux qui travaillent à faire bouger les choses). Pourtant le Bloc a de moins en moins de raisons de se féliciter... il vient d'enregistrer son pire résultat depuis 1997 et son deuxième pire depuis sa création en 1993. Duceppe est en baisse constante depuis 2004. Harper a gardé ses acquis de 2006.

Bilan post-électoral : la progression des partis au Québec [Le Suburbain Lucide]
Les Québécois n'ont pas votés en bloc pour le Bloc ! [Bleu Québec]
Bilan diffamatoire de Gilles Duceppe [Jonathan le Goéland]

MISE-À-JOUR SUITE À LA COALITION DU BLOC AVEC LA GAUCHE FÉDÉRALE :

Morceau très pertinent au sujet des intérêts réels de Monsieur communiste...

Pour Gilles Duceppe, Karl Marx sera toujours plus grand que René Lévesque [Le Devoir]
Par Durandal - Publié dans : Identité québécoise
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Mardi 8 juillet 2 08 /07 /Juil 11:00
Un loup en habit de mouton.



Un peu de matière à réflexion pour ceux qui croient encore que laïcité est synonyme de neutralité :
-
Ne croire en rien est aussi une croyance [Catacombes]
- Écoles laïques, écoles neutres : légende urbaine ? [Samizdat]
-
Le cours d'Éthique et culture religieuse : est-ce neutre ? [Samizdat]



Je cite ici bas ce
texte contre l'élimination des écoles franco-protestantes trouvé sur le site de la Coalition Valeurs Éducation.



Lorsque le Rapport Proulx recommande le développement d'un « enseignement culturel des religions obligatoire pour tous » cela semble un compromis raisonnable. Les franco-protestants n'ont plus aucune raison de protester, puisque leurs « droits » sont respectés ! Mais qu'en est-il au juste ? Éliminer toute mention de la religion serait trop brutal, trop maladroit. Les gens comprendraient... il suffit alors leur offrir un petit cours bidon et on s'arrange pour qu'il soit déjà très marginalisé dans le temps disponible à l'horaire par rapport au reste du curriculum et le tour est joué. On ne le dira à personne, mais ce cours est aussi très marginalisé sur le plan du contenu, car rien ne semble empêcher l'engagement d'un professeur pour enseigner un cours de religion dont le contenu (catholique ou protestant) n'aurait aucun rapport avec les convictions personnelles de l'enseignant. Gaspillage de temps et d'argent pour tous les individus impliqués dans un tel processus (étudiants d'abord, mais parents et professeurs aussi). Seul, peut être, le gouvernement y trouve son compte... son contenu idéologie est passé et c'est sans doute tout ce qui compte depuis le début.

[...]

Il va de soi que les écoles sont intimement liées à ce processus de constitution de l'identité personnelle, sur des questions d'attitudes sexuelles, identités sexuelles, des relations interpersonnelles, attitudes vis-à-vis les groupes ethniques ou raciaux, etc. Il est assez évident que les questions que soulèvent ce processus sont inévitablement idéologiques ou religieuses. Le sociologue américain Jerry Bergman remarqua en 1979 sur la position des organismes qui défendent les écoles laïques comporte ce que les érudits post-modernes appellent un « méta-discours » vis-à-vis les religions traditionnelles et la vision du monde judéo-chrétienne en particulier :

The fact is, it is impossible not to teach about religion in the schools. Even by scrupulously avoiding all references to religion, religious beliefs, and religious events, one is teaching something very definite about religion, i.e., it is not important, it has had a negligible influence on society both historically and currently, and that to some degree it is not necessary. If students spend 12 years learning history, science, sociology, psychology, and geography and rarely encounter religious beliefs, happenings, events, and ideas, they will probably develop very definite conclusions — essentially that religion is not important.


La neutralité religieuse des écoles n'est donc qu'un leurre.
Dans la théorie de la communication, élaborée par l'ingénieur Claude Shannon après la deuxième guerre mondiale, on considère que dans un système de communication, lorsque la seule réponse à une question est un silence, cela doit être considéré comme tout aussi significatif qu'un oui ou un non explicite.

Le Rapport Proulx mentionne le processus de sécularisation qui a frappé l'Occident et le Québec en particulier depuis les années 60, mais il donne la version officielle qui néglige de souligner le caractère idéologique de ce processus. Thomas Luckmann souligna en 1970 que ce processus n'est pas neutre :


What are usually taken as symptoms of the decline of traditional Christianity may be symptoms of a more revolutionary change : the replacement of the institutional specialization of religion by a new social form of religion. Secularization in its early phases was not a process in which traditional sacred values simply faded away. It was a process in which autonomous institutional ideologies replaced, within their own domain, an overarching and transcendent universe of norms.


Le processus de la sécularisation en Occident, et au Québec en particulier, ne consiste donc pas simplement dans une diminution de l'influence des religions judéo-chrétiennes traditionnelles institutionnalisées face aux « progrès de la science » comme on l'entend généralement, mais coïncide avec l'expansion d'autres institutions, chacune produisant et transmettant un « système de sens ultime » et des valeurs entrant en compétition avec les anciens systèmes de croyances des religions traditionnelles. Règle générale, ces idéologies sont matérialistes (c'est-à-dire qui rejettent la pertinence du concept de divinité).

L'ensemble de ces nouvelles institutions constitue une sorte de communion invisible qui propage une religion invisible. Quelle est cette nouvelle idéologie religieuse ? Quelles sont ses dogmes ?

Puisque cette religion est invisible, elle n'a pas de nom. Pour les besoins de la cause ici, on pourrait l'appeler la religion « politiquement correct » (ou religion pc). Cette religion est d'abord caractérisée par le rejet des grandes religions monothéistes (lorsqu'elles affirment représenter la Vérité), soit le christianisme, le judaïsme et l'islam. D'autre part, dans la religion pc, il y a une vieille garde matérialiste (qui a régné presque sans opposition pendant la majorité du 20e siècle) et une nouvelle garde montante qui prend une position plus « ouverte » à la religion de manière générale. La position matérialiste de la vieille garde considère que ce qui dépasse le monde observable n'a pas de signification. Elle est fortement identifiée à la Science comme discours porteur de Vérité. C'est ce qu'on appelle le scientisme. Touchant le rôle idéologique du scientisme, Lévy-Leblond et Jaubert remarquèrent en 1975 :

Les gens en général, bien qu'on leur enseigne certains des plus grossiers et des plus anciens résultats de la science, ont toujours eu peu ou pas de compréhension de ce qu'est réellement la science en tant que méthode. Cette ignorance a été perpétuée par tout l'enseignement primaire, secondaire, et même par l'importante partie de l'enseignement universitaire qui ne constitue pas une préparation à la recherche : la science y est enseignée dogmatiquement, comme une vérité révélée. Aussi, le pouvoir du mot « science » sur l'esprit du grand public est-il d'essence quasi mystique et certainement irrationnelle. La science est, pour le grand public et même pour beaucoup de scientifiques, comme une magie noire, et son autorité est à la fois indiscutable et incompréhensible. Ceci rend compte de certaines des caractéristiques du scientisme comme religion.


La nouvelle garde pc qui a été mentionné ci-dessus rejette ce dogme que Science = Vérité. Cette nouvelle garde considère que la science est un discours parmi tant d'autres et ouvre la porte à un syncrétisme tous azimuts, où toutes les religions de l'orient, l'horoscope, les cristaux du Nouvel Âge, le néo-paganisme européen (druides et sorcières) et le chamanisme amérindien peuvent trouver leur place. Rien n'est exclu, sauf les grandes religions monothéistes et le concept d'une Vérité absolue. Ça, la religion pc (nouvelle et vieille gardes confondues), si « tolérante », ne peut pas le tolérer...

Dans le contexte des guerres d'idées sur la place publique, le fait de promouvoir une religion invisible garde un avantage notable. Lors d'une intervention, les disciples de la religion invisible ne ressentent jamais le besoin d'identifier leur motivations idéologiques. Le chrétien, par contre, est immédiatement repéré et ses motivations exposés afin que tous puissent les examiner et critiquer.




La manière dont est enseignée l'histoire générale dans nos écoles laïques suffit pour démonter l'idée voulant que la laïcité d'État soit la seule manière pour un gouvernement de « traiter équitablement toutes les croyances ». Si nos écoles étaient vraiment « laïques » (c'est-à-dire « NEUTRES », selon la définition habituellement donnée par les publicitateurs de la laïcité), on enseignerait la création aussi bien que l'évolution (rappelons qu'il n'y a pas de consensus scientifique sur cette question et qu'il y en a jamais eu). Le problème, c'est que présentement, au lieu d'enseigner les deux modèles aux élèves d'une manière objective, ont enseigne UNIQUEMENT l'évolution (et on en profite pour délégitimiser la création à souhait), au grand plaisir des athées & agnostiques mais au désaventage des catholiques & protestants. Nos écoles laïques devraint donc être appelées par ce qu'elles sont vraiment : des écoles humanistes séculières (terme plus exact que « religion pc »).

Par Durandal - Publié dans : Djihad séculier
Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire
Samedi 22 mars 6 22 /03 /Mars 06:34

Une famille allemande a quitté l'Allemagne pour trouver refuge au Royaume-Uni après que le maire de leur ville eut tenté de saisir les enfants de ce couple allemand et de les confier à la « protection » de l’État. Le crime de ces parents : vouloir enseigner à leur progéniture à la maison.

Depuis que la Cour suprême allemande a admis que l’État pouvait interdire l’éducation à la maison en 2007, la plupart des familles qui enseignaient à leurs enfants se sont réfugiées à l’étranger. Rappelons que l’éducation à la maison est interdite en Allemagne depuis une loi de 1938 imposant la « schulpflicht » (obligation scolaire). À l’époque, l’Allemagne nazie voulait s’assurer de pouvoir former tous les futurs citoyens selon un modèle pédagogique unique.

L’administration allemande a également ciblé récemment une famille de missionnaires baptistes en les menaçant de déportation parce qu’ils appartiennent à un groupe qui refuse d’abandonner leurs enfants au système scolaire étatique.

Dans le cas des Landahl, l’administration ne cherchait pas seulement à usurper le droit des parents de décider de l’éducation des enfants, mais également de les priver du droit de résidence. Une action réminiscente de l’Allemagne de l’Est à l’époque soviétique.

Une autre famille qui éduquait également leurs enfants à leur domicile de Brême, les Neubronner, doit également être mentionnée. La famille Neubronner a décidé de quitter l’Allemagne devant les menaces persistantes du Ministère de l’Éducation qui leur ont imposé des amendes s’élevant à 10 000 $ et les menace d’autres « mesures coercitives ».

Melissa Busekros
, une jeune adolescente, a pu rentrer chez ses parents après avoir été enlevée de force par la police allemande et internée pendant plusieurs mois dans un institut psychiatrique parce qu’elle était éduquée à la maison. Melissa Busekros, aujourd’hui âgée de 16 ans, a pu rentrer chez elle maintenant qu’elle n’est plus désormais soumise à l’obligation de scolarisation par l’État.

Dans une réponse officielle envoyée à une famille qui se plaignait que la police vienne chercher des enfants pour les forcer à aller à l’école de l’État, le ministère de l’Éducation de Baden-Wurtemberg écrivait : « Le Ministère de l’Éducation ne partage pas votre point de vue en ce qui concerne les enfants soi-disant éduqués à la maison. Vous vous plaignez de l’escorte forcée d’écoliers par les agents de police… afin d’éviter que ceci ne se reproduise, les autorités éducatives ont engagé un dialogue avec la famille concernée afin de voir s’il est possible qu’elle modifie ses convictions religieuses pour les faire coïncider avec les exigences imprescriptibles d’envoyer les enfants à une école. »



Des baptistes pourraient se voir enlever leurs enfants pour refus de les placer dans des écoles publiques.

Le gouvernement continue à harceler les chrétiens allemands qui choisissent l’école à la maison pour leurs enfants, et tout un groupe de familles est aujourd’hui dans la crainte de perdre la garde de leur progéniture.

Selon Richard Guenther, un expatrié américain qui vit en Allemagne, plusieurs familles de la ville de Paderborn sont actuellement « sévèrement persécutés pour leur foi ». Guenther partage certains des problèmes que les familles chrétiennes rencontrent face à l’éducation d’État en Allemagne :

« Ici, l’État remplace la vision du monde chrétienne par celle du New Age, particulièrement dans l’utilisation de ses techniques psychologiques et son occultisme. Des techniques de relaxation sont utilisées à l’école, qui se font dans une salle sombre, avec les jeunes enfants allongés les uns auprès des autres, filles et garçons ensemble. En utilisant une plume, ils doivent "explorer" leur voisin pour trouver quelle partie du corps est la plus sensible. Ils sont encouragés à toucher toutes les parties du corps de leurs camarades.

Les élèves de troisième visionnent des vidéos montrant l’acte sexuel et la façon dont un bébé naît de cet acte. Le narrateur du film met l’accent sur le fait que l’acte sexuel procure bien-être et plaisir. L’homosexualité doit être acceptée comme une chose normale et les enfants sont encouragés à s’examiner pour trouver leur propre orientation sexuelle. La théorie de l’évolution de Darwin doit être acceptée comme la vérité. » [NDLR : vive la liberté d'opinion n'est-ce-pas ?]



Homeschooling, une semaine de prison pour un père qui refusait de mettre sa fille à l'école et de payer l'amende.

Le tribunal de Hambourg a condamné à une semaine de prison un père de 6 enfants qui refuse d'envoyer ses 3 filles aînées, en âge scolaire, à l'école. Le couple de chrétiens évangéliques avait été condamné en février à une amende. Comme celle-ci -- de 2 340 euros -- n'a pas été payée, l'incarcération a été maintenant prononcée.

Les parents chrétiens avaient annoncé vouloir revendiquer leur droit à la scolarité à la maison devant la Cour Européenne des Droits de l'homme.



Source :
École à la maison, les familles fuient l'Allemagne [Pour une école libre]

Par Durandal - Publié dans : Djihad séculier
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Samedi 22 mars 6 22 /03 /Mars 03:10

Dans mon cours de Droit au secondaire cinq, on m'a donné une copie de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, imprimée en 2002. Je l'ai lue, je l'ai gardée dans un tiroir, et j'ai cru que cette charte servait à défendre mes droits. J'ai appris plus tard que je m'étais trompé, et que pour me soutirer mes droits, il suffit de les enlever de la charte et prétendre qu'ils n'y ont jamais figuré.

Voici mon droit qui m'est le plus cher :

« 3. Toute personne est titulaire des libertés fondamentales telles la liberté de conscience, la liberté de religion, la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté de réunion pacifique et la liberté d’association. »

Comme le  montre -- ou plutôt le montrait -- clairement la section « Droits économiques et sociaux », la liberté de religion inclut -- ou devrais-je dire incluait -- la liberté des parents d'inculquer la religion qu'ils pratiquent à leur progéniture :

« 41. Les parents ou les personnes qui en tiennent lieu ont le droit d’exiger que, dans les établissements d’enseignement publics, leurs enfants reçoivent un enseignement religieux ou moral conforme à leurs convictions, dans le cadre des programmes prévus par la loi. »

Cette libertée fut officialisée au Québec en 1975. Il semble que depuis cette date, il y a des gens mal intentionnés (la tournure des événements me permet de préciser que c'est des sécularistes et des multiculturalistes) qui travaillent à ABOLIR certains de nos droits fondamentaux. Leur dernière invention pour arriver à leurs fins est la Loi 95.

Cette loi change diverses dispositions de nature confessionnelle dans le domaine de l’éducation. Elle a été adoptée en juin 2005 mais entre pleinement en vigueur le 1er juillet 2008. L’article 13 de la Loi 95 modifie la Charte des droits et libertés de la personne
:

« 13. L’article 41 de
la Charte des droits et libertés de la personne est remplacé par l’article suivant :

"41. Les parents ou les personnes qui en tiennent lieu ont le droit d’assurer l’éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs convictions,
dans le respect des droits de leurs enfants et de l’intérêt de ceux-ci." »

Premier changement, les mots « exiger que dans les établissements d'enseignements » sont supprimée et remplacés par la formulation plus souple « assurer l'éducation »... éducation que les parents « assurent » rarement seuls puisqu'ils envoient leurs enfants dans les écoles de l'État qui assure ladite éducation « pour les parents » (ou plutôt « pour la société ») ! D'un coup, on retire le droit de décision aux parents : le gouvernement s'acapare le droit d'enseigner pratiquement TOUT CE QU'IL VEUT dans les écoles, et cela sans le consentement parental !!!

Deuxième changement, l'ajout du « dans le respect des droits de leurs enfants et de l'intérêt de ceux-ci ». Qu'est-ce-que cela signifie ?

Le nouveau texte, contrairement au précédent, dépasse le contexte institutionnel (c-à-d les établissements d’enseignement) pour s’étendre à l’ensemble de la société québécoise.

Par conséquent, il serait possible d’invoquer cet article de la Charte pour imposer aux familles qui font l'école à la maison le nouveau cours Éthique et culture religieuse en justifiant que c'est un « droit » des enfants et que c'est « dans leur intérêt » d'apprendre plusieurs religions en bas âge. Quelle manigance crasse !

Pourquoi le gouvernement voudrait nous imposer le cours Éthique et culture religieuse ?

À prime abord, ce cours veut inculquer chez les jeunes la tolérance envers les autres religions et croyances, et possiblement vis-à-vis des styles de vie alternatifs. On peut ajouter aussi qu'il s’agit de créer un « déséquilibre cognitif » chez les jeunes ; dans le jargon éducatif, ce terme signifie simplement « semer le doute » dans l’esprit des jeunes quant aux valeurs ou croyances déjà reçues (en l’occurrence, celles transmises par les parents).

Rappelons que ce cours sera en vigueur dans toutes les écoles (privées et publiques) du Québec pendant tout le primaire et le secondaire (soit 10 années consécutives).

Pourquoi ne devrait-on pas simplement accepter ce cours et en faire ce que nous voulons ?

Si on donne le droit aux instances scolaires de s’ingérer de cette façon dans l’éducation des enfants scolarisés à la maison, jusqu'où cela ira-t-il ?

Merci à l'Association chrétienne des parents-éducateurs du Québec.
 



Voici un cas similaire ailleurs au Canada :

« Le gouvernement Britanno-Colombien défend aux parents qui scolarisent leurs enfants à la maison d'utiliser du matériel chrétien.

Le Mnistère de l'Éucation de la Colombie-Britannique a ordonné à plusieurs milliers de parents qui éduquent leurs enfants à la maison ("homeschooling") de cesser d'utiliser du matériel d'enseignement chrétien, ou tout autre matériel "non officiel".

De nombreux parents, même certains qui ne sont pas chrétiens, affirment qu'ils préfèrent se couper totalement du système scolaire public que d'obéir à cette directive. "Ils n'ont aucun droit de me dire ce que je dois faire dans mon propre foyer", s'insurge Pamela Nagle, dont le fils est éduqué à la maison, mais se rend toutefois un jour par semaine dans une école de Langley.

Nagle, une chrétienne, refuse qu'une directive lui dise de quelle façon dépenser son argent.

"Je n'aime pas l'idée qu'eux seuls sachent ce qui est bon pour mon enfant", continue Pamela Nagle, qui dépense des centaines de dollars pour l'éducation de son fils, en plus des allocations qu'elle perçoit de l'école locale dans le cadre du programme d'éducation à distance.

Pour elle, peu importe le matériel utilisé, tant que l'enfant atteigne le niveau requis par le district.

Pamela Nagle est l'un des nombreux parents qui ont choisi de suivre le programme d'éducation à distance, utilisant les nouveaux moyens électroniques, qui s'est développé ces dernières années. Le programme pilote démarra avec 2200 enfants, pour atteindre cette année 6800 enfants. »

La Colombie-Britannique est la province avec le plus haut taux d'athées/agnostiques au Canada. Sécularistes du Québec et de Colombie-Britannique, même croisade anti-religieuse !

« Le gouvernement Britanno-Colombien défend aux parents qui scolarisent leurs enfants à la maison d'utiliser du matériel chrétien.

Le Mnistère de l'Éucation de la Colombie-Britannique a ordonné à plusieurs milliers de parents qui éduquent leurs enfants à la maison ("homeschooling") de cesser d'utiliser du matériel d'enseignement chrétien, ou tout autre matériel "non officiel".

De nombreux parents, même certains qui ne sont pas chrétiens, affirment qu'ils préfèrent se couper totalement du système scolaire public que d'obéir à cette directive. "Ils n'ont aucun droit de me dire ce que je dois faire dans mon propre foyer", s'insurge Pamela Nagle, dont le fils est éduqué à la maison, mais se rend toutefois un jour par semaine dans une école de Langley.

Nagle, une chrétienne, refuse qu'une directive lui dise de quelle façon dépenser son argent.

"Je n'aime pas l'idée qu'eux seuls sachent ce qui est bon pour mon enfant", continue Pamela Nagle, qui dépense des centaines de dollars pour l'éducation de son fils, en plus des allocations qu'elle perçoit de l'école locale dans le cadre du programme d'éducation à distance.

Pour elle, peu importe le matériel utilisé, tant que l'enfant atteigne le niveau requis par le district.

Pamela Nagle est l'un des nombreux parents qui ont choisi de suivre le programme d'éducation à distance, utilisant les nouveaux moyens électroniques, qui s'est développé ces dernières années. Le programme pilote démarra avec 2200 enfants, pour atteindre cette année 6800 enfants. »

La Colombie-Britannique est la province avec le plus haut taux d'athées/agnostiques au Canada. Sécularistes du Québec et de Colombie-Britannique, même croisade anti-religieuse !

Par Durandal - Publié dans : Djihad séculier
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

Profil du rédacteur

  • Durandal
  • Maquis Occidental
  • Homme
  • 01/02/1990
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés